Cabinet en gestion de patrimoine

Accueil Ouvrages Le cabinet JPMFG Contactez-nous Sites recommandés

La Lettre n°123 de Jean-Pierre Monteil Finances et Gestion
- Semaine n°32 2009 -

Les agences de notation : à quand davantage de surveillance ?

             

              Lors de la rencontre du G20 à Londres au mois d’avril dernier, les chefs d’états et de gouvernements ont acté un certain nombre de décisions de principe. Parmi elles, se trouve la mise en œuvre « de nouvelles règles » sur les salaires et les bonus au niveau mondial. Le Président Sarkozy s’est exprimé à différentes reprises sur une autre question tout particulièrement importante à l’adresse des marchés de titres : le rôle des agences de notations.

              Comme leur nom l’indique, ce sont des sociétés privées dont la vocation est d’indiquer aux différents acteurs du marché, la situation financière et comptable des grandes sociétés côtées sur les grandes places boursières internationales. Les informations qu’elles livrent sont toujours très attendues par l’ensemble des acteurs du marché. Quant aux responsables des sociétés elles-mêmes, ils sont le plus souvent très « réservés » sur les analyses qui sont faites par les agences de notation. La plupart du temps, les avis de ces agences entraînent des effets induits quasi immédiats sur l’évolution du titre objet de l’analyse. Cette situation est d’autant plus critiquable qu’une analyse effectuée par l’agence A aujourd’hui est très souvent confirmée quelques heures ou quelques jours plus tard par l’agence B. Un titre qui aura reculé par exemple de 5% au terme d’une journée de cotation reprendra quelques fois le chemin de la hausse, venant contredire ainsi, parfois après seulement quelques jours, l’analyse qui avait été effectuée par l’agence A !

              En ces temps de crise de confiance caractérisée des marchés, il est urgent pour les gouvernements de se doter de la législation nécessaire pour faire en sorte que les analyses qui sont effectuées par les agences de notations le soient dans la transparence et surtout que ces organismes travaillent enfin sur des modèles économétriques synonymes de davantage de fiabilité. Ici, tout autant et pas moins qu’ailleurs, l’erreur est admise puisque l’économie n’est pas une science exacte. Ce qui est grave c’est que cette situation est particulièrement préjudiciable aux entreprises elles-mêmes, mais aussi et surtout aux petits porteurs qui n’ont pas d’autre choix que celui de leur banquier quand ils décident d’acheter quelques titres de telle ou telle société cotée.

              Il n’est pas du tout normal qu’une agence de notation ou une banque livre une analyse défavorable à propos d’une valeur un jour et que cette même analyse soit contredite par les marchés quelques jours plus tard, sachant que dans l’intervalle la valeur aura été malmenée et qu’elle aura pu perdre de 5 à 10% en 24 ou 48 heures ! Est-il crédible pour une agence de notation ou une banque de dégrader le titre Peugeot ou Lafarge de 10% avant l’ouverture des marchés et être contredite quelques jours plus tard ! Il est des variables économiques et comptables qui ne sont jamais neutres dans l’évaluation d’un titre coté.

              Gageons que les responsables politiques français parviendrons à convaincre leurs homologues étrangers, en vue de parvenir à la mise en place d’une réforme nécessaire et urgente du fonctionnement de l’ensemble des agences de notation.

              La bourse n’a jamais été, n’est pas et ne sera jamais le temple de la rationalité. Mais de deux choses l’une : lorsqu’une agence de notation ou une banque livre une analyse, elle est cohérente ou elle ne l’est pas. L’apparition de la crise économique et financière à l’automne dernier a été propice à beaucoup trop d’incertitudes sur un grand nombre de valeurs. Un pareil manque de cohérence avec les fondamentaux des entreprises et les évolutions erratiques de leurs valeurs en bourse qui en découlent sont l’expression, à minima, d’un manque de cohérence de l’ensemble des agences de notations et des banques, alors qu’elles jouent un rôle nécessaire et indispensable au  fonctionnement des marchés actions. Leur mission est importante : informer les actionnaires et en particulier les petits porteurs sur la situation comptable et macro économique des grandes entreprises et « guider » leurs choix en terme d’investissement.

Jean-Pierre Monteil
Directeur de JPMFG.

Achevée le 08 août 2009.