Cabinet en gestion de patrimoine

Accueil Ouvrages Le cabinet JPMFG Contactez-nous Sites recommandés

La Lettre n°125 de Jean-Pierre Monteil Finances et Gestion
- Semaine n°34 2009 -

Le Japon sort de la récession

 

              En annonçant une croissance de son PIB de +0,9% au deuxième trimestre 2009, la deuxième puissance économique mondiale met ainsi fin à cinq trimestres consécutifs de repli de son PIB. Il s’agit là d’une excellente nouvelle dans l’environnement macro économique mondial. Depuis le début de crise économique, le Japon est le troisième pays à annoncer une croissance positive de son PIB après l’Allemagne et la France. En glissement annuel, la croissance du PIB nippon ressort à +3,7% ce qui est un bon chiffre.

              Ce chiffre du PIB est d’autant plus intéressant qu’il permet de mettre ainsi un terme à la plus longue période de récession qu’ait connue l’archipel depuis 1945. C’est surtout un encouragement pour l’avenir immédiat de l’économie du pays. Comme c’est souvent le cas en pareille circonstances, la croissance du PIB est due à la conjugaison de trois facteurs : une hausse de la consommation des ménages (+0,8%), une bonne tenue des exportations (+6,3%) et une activité soutenue dans le domaine des grands travaux. Sur ce dernier point, il convient de rappeler que le gouvernement japonais à mis en place un plan de relance d’une valeur de 5% du PIB.

              Une hirondelle ne faisant jamais le printemps à elle toute seule, les observateurs de Reuters pensent que cette reprise risque de s’atténuer d’ici à la fin de l’année, quand les aides publiques prendront fin. C’est alors que l’on pourra mesurer si les autres relais de croissance ont fonctionné : consommation, exportations, baisse du prix des matières premières… Il conviendra d’observer avec un intérêt particulier la situation des stocks dans les entreprises. Actuellement, les capacités industrielles continuent de plafonner à 70% et leur évolution future sera un puissant indicateur de l’état de l’économie nippone, rappelle Kyohei Morita, Chef économiste chez Barclays Capital. Au demeurant, ce scénario est valable aussi pour les économies de l’Allemagne et de la France qui ont annoncé toutes deux un PIB en croissance pour le deuxième trimestre de cette année.

              Nul doute que les autorités japonaises auront à cœur de continuer à soutenir le retour durable de la croissance économique de leur pays. Cela constituera non seulement un bon point pour le pays lui-même mais aussi et surtout pour le reste de l’économie mondiale, étant donné la place significative qu’occupe ce pays dans le concert des nations développées.

 

 

Jean-Pierre Monteil
Directeur de JPMFG.

Achevée le 22 août 2009.