Cabinet en gestion de patrimoine

Accueil Ouvrages Le cabinet JPMFG Contactez-nous Sites recommandés

La Lettre n°129 de Jean-Pierre Monteil Finances et Gestion
- Semaine n°38 2009 -

Contrats d'assurance vie : profiter de la reprise des marchés pour arbitrer

 

              Lorsque les détenteurs de contrats d’assurance vie ont reçu leur relevé de situation au cours du premier trimestre de cette année, tous ont fait une même observation : diminution du taux d’intérêt servi par leur société d’assurance pour celles et ceux dont le capital est placé en euros et perte en capital, parfois significative, pour celles et ceux dont le capital avait été placé en unités de comptes ou sur un multi support.

              Les assurés les plus prudents ont été ceux qui depuis la rentrée 2007, ont cantonné la totalité de leurs avoirs en euros, évitant derechef la grave crise financière qui a démarré il y a un an, avec la faillite de la banque US Lehmann Brothers. Les chiffres fournis par les banques et les sociétés d’assurance font apparaître que mis à part les contrats libellés exclusivement en euros, tous les autres ont été affectés par la chute vertigineuse des marchés. Même s’il est toujours plus facile d’expliquer une situation à posteriori, chaque détenteur de contrat d’assurance en multi support ou libellé en unités de compte aurait dû être contacté par son interlocuteur assurance ou banque pour lui faire part des conséquences de cette situation peu fréquente pouvait entraîner, en l’invitant à sécuriser la totalité de son capital en euros, exception faite de celles et ceux qui malgré la crise, auraient décidé de rester « exposés ». Il faut souhaiter qu’à l’avenir cela soit examiné par les professionnels de l’assurance et peut être même par les responsables des associations de défense ad hoc.

              Depuis le mois de mars, les marchés se sont bien repris et la bourse de Paris a refait une partie de son retard. Aujourd’hui, elle est à moins de 10% sur les 12 derniers mois. Même si la crise est encore bien présente, ont peut raisonnablement penser que sa dimension financière est, pour une large part, derrière nous. En revanche, sa dimension économique et sociale est toujours présente et ne sera pas surmontée avant plusieurs semestres. C’est la raison pour laquelle il nous paraît opportun, pour celles et ceux qui ont sécurisé leur capital, de procéder à des arbitrages en actions et/ou en obligations. Nonobstant l’évolution des marchés au cours des semaines et des mois avenir, la période est à l’heure actuelle favorable pour agir dans cette direction. En agissant ainsi, les titulaires de contrats d’assurance observeront au début de l’année prochaine un rendement supérieur à celui de l’année dernière. Les personnes qui ont procédé à des arbitrages avant le début de l’été devraient quant à elles percevoir un taux de rendement significatif.

              Il nous paraît qu’un rapport 10-20% en actions et 90-80% en euros s’inscrit dans une perspective raisonnable d’ici au cours du premier semestre 2010. Le manque de réactivité des contrats d’assurance vie est une constante à prendre en compte, lorsque le titulaire d’un contrat décide de placer une partie de son capital en dehors d’un support en euros.

 

 

Jean-Pierre Monteil
Directeur de JPMFG.

Achevée le 19 septembre 2009.