Cabinet en gestion de patrimoine

Accueil Ouvrages Le cabinet JPMFG Contactez-nous Sites recommandés

La Lettre n°3 de Jean-Pierre Monteil Finances et Gestion
- Semaine n°35/2005 -

Si l’on parlait de patrimoine… (1/3)

Patrimoine - Introduction
Bilan patrimonial
Objectifs et composantes susceptibles de caractériser un patrimoine

               Depuis quelques années, un thème est de plus en souvent abordé dans bon nombre de quotidiens et d’hebdomadaires : le patrimoine.

              Les raisons à cela sont multiples. Il y a tout d’abord un intérêt grandissant de nos concitoyens pour la chose économique en général. Ils sont chaque jour plus nombreux à se rendre compte et à mesurer l’importance qu’occupe l’économie dans la marche du monde et, par voie de conséquence, dans leur propre pays. Les échanges sont nés en même temps que les hommes et ont toujours contribué à l’expression de la vie. Aujourd’hui plus qu’hier mais davantage encore demain, l’économie occupe et continuera à occuper une place prépondérante dans notre quotidien. Ainsi, l’information économique nous permet d’appréhender demain, après avoir mieux compris hier.

              Jusqu’au milieu du siècle précédent, la puissance d’une nation se mesurait à celle de son armée. Elle était fonction du nombre de ses régiments, du tonnage de sa flotte militaire et plus tard, du nombre de ses escadres de chasse et de transport. Mais cette puissance militaire était aussi le reflet d’une puissance économique, ce que beaucoup de personnes ignoraient alors. En fait, un pays n’existe réellement aux plans politique et militaire que s’il développe une puissance économique.

              De nos jours, le référentiel dans lequel se lit la puissance d’un pays est totalement différent de celui qui prévalait hier. La capacité d’intervention d’un pays se mesure par l’intermédiaire de différents indicateurs économiques, tout en sachant que c’est de la puissance économique que procde la puissance militaire : le PIB (Produit Intérieur Brut), la balance commerciale et la balance des paiements, les réserves de change, la parité monétaire… C’est au cours de ces trente dernières années que le vocabulaire économique s’est installé durablement dans notre environnement intellectuel.

              Aujourd’hui, le mot patrimoine est employé couramment. Il est utilisé de façon récurrente pour parler de fiscalité, notamment en matière d’immobilier résidentiel ou locatif. Il est étroitement lié à la sphère de l’assurance vie, principalement à travers les contrats de capitalisation ou les PERP (Plan Epargne Retraite Personnel). Il est présent en terme de valeurs mobilières. Tout comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, Madame Dupont et Monsieur Martin font de même lorsqu’ils parlent économie et patrimoine. L’expérience professionnelle nous enseigne que très peu de personnes, toutes CSP (Catégories Sociales Professionnelles) confondues, connaissent la définition du mot patrimoine. Pour beaucoup trop d’entre elles, ce mot est associé à celui de richesse, en terme de valeurs mobilières et immobilières. Il convient de rappeler que si le patrimoine représente l’ensemble des biens, des charges et des droits d’une personne évaluables en argent, la possession du moindre bien mobilier rend, par définition,  son propriétaire détenteur d’un patrimoine ! Ainsi, celui qui possède en tout et pour tout une montre d’une valeur de 10 euros, dispose d’un patrimoine d’une valeur de 10 euros. Cet exemple est là pour nous rappeler qu’il faut absolument éviter d’associer le mot fortune au mot patrimoine.

              Le patrimoine d’une personne physique ou d’une personne morale, est composé de biens meubles et de biens immeubles. Les premiers sont représentés par des valeurs qui circulent : la monnaie fiduciaire ou scripturale, les objets d’art (tableaux, peintures, sculptures…), les actions, les obligations et autres produits, les parts de sociétés… ; les seconds le sont par des valeurs qui ne circulent pas : les terrains, les immeubles… Cette première définition est importante pour toutes celles et tous ceux qui s’intéressent à leur patrimoine.

Jean-Pierre Monteil
Directeur de JPMFG.

Achevée le 27 août 2005.