Cabinet en gestion de patrimoine

Accueil Ouvrages Le cabinet JPMFG Contactez-nous Sites recommandés

La Lettre n°85 de Jean-Pierre Monteil Finances et Gestion
- Semaine n°28/2008 -

G8 aujourd'hui, G13 demain ?

              Chaque année à pareille époque, les chefs d’état et de gouvernement des huit pays les plus industrialisés de la planète se réunissent alternativement dans une ville située sur le territoire de l’un des pays membre. Le Président de Commission Européenne participe à cette importante réunion en qualité de membre invité.

              Le G8 est né au cours de l’année 1975 à l’initiative du Président Valéry Giscard d’Estaing. Il était composé initialement de six pays membres : les Etats Unis, le Japon, la République Fédérale d’Allemagne, la France, le Royaume Uni et l’Italie. Le Canada a rejoint le groupe en 1976 et la Communauté Européenne a participé pour la première fois au sommet à Londres en 1977. La Russie, quant à elle, a participé aux travaux du groupe des sept en 1994. C’est en 1998 qu’elle a rejoint le groupe en qualité de membre à part entière.

              La Présidence du G8 revient au chef d’état ou de gouvernement du pays hôte. C’est la raison pour laquelle le Premier Ministre japonais exerce la présidence du G8 qui se déroule cette année du 7 au 9 juillet au Japon. Si le nombre des pays qui le composent ne change pas au cours des toutes prochaines années, les réunions du G8 devraient avoir lieu successivement en Italie (2009), au Canada (2010) et enfin en France (2011) (a).

              Aujourd’hui, les pays membres du G8 représentent 15% de la population mondiale, 60% du PNB et 40% des droits de vote à la banque mondiale. Comme l’a indiqué le Président Sarkozy au cours de ces derniers jours, il serait plus que légitime que deux pays majeurs dans le concert des nations, rejoignent prochainement le groupe qui donnerait naissance au G10. Ces deux pays sont la Chine et l’Inde. Ensemble, ils représentent près de 2,5 milliards d’habitants. Le PIB de la Chine est significatif car il est aujourd’hui le 4ème mondial, derrière les USA, le Japon et l’Allemagne et devant le Royaume Uni et la France. S’agissant de l’Espagne, il est probable qu’elle rejoigne un jour le groupe, son PIB étant proche de celui du Canada (b).

              Dans le contexte de globalisation qui est devenu réalité depuis plusieurs années maintenant, il est raisonnable de penser que la Chine et l’Inde ont leur place dans une structure qui, si elle n’a pas le pouvoir d’agir dans tous les domaines de notre vie quotidienne, elle est au moins la traduction de la volonté politique économique et financière des principaux responsables de la planète. La globalisation sans cesse croissante des affaires du monde, les principaux responsables politiques sont dans l’obligation de travailler en étroite relation, afin d’apporter ensemble des réponses aux questions souvent majeures qui se posent à eux : exploitation des ressources naturelles, protection de l’environnement, gestion des flux migratoires, développement des moyens de communication…

              Cependant, si le G8 devient demain un G10 (Chine et Inde) ou un G13 (Espagne, Brésil et Mexique), les responsables politiques d’alors ne devront-ils pas être « mesuré » sur la question du nombre des participants, pour ne pas devoir créer une nouvelle structure qui devrait ne comporter que quelques membres ? Je crois, pour ma part, que la mondialisation conduira un jour à l’émergence d’une certaine forme de gouvernance à l’échelle planétaire. Elle ne se substituerait pas aux exécutifs nationaux, mais elle disposerait de davantage de prérogatives dans un plus grand nombre de domaines que ce n’est le cas aujourd’hui pour le G8.

 

(a)     : Lieu de rencontre des différents sommets du G8 depuis 1975 : Rambouillet (1975) ; San Juan (1977) ; London (1978) ; Bonn (1979) ;  Tokyo (1980) ; Venice (1981) ; Ottawa (1982) ; Versailles (1983) ; Williamsburg (1984) ;  London (1985) ; Bonn (1986) ; Tokyo (1987) ; Venice (1988) ; Toronto (1989) ; Paris (1990) ; Houston (1991) ; Munich (1992) ; Tokyo (1993) ; Naples (1994) ;  Halifax (1995) ; Lyon (1996) ; Denver (1997) ; Birmingham (1998) ; Cologne (1999) ; Okinawa (2000) ; Genoa (2001) ; Kananaskis (2002) ; Evian (2003) ; Sea Island (2004) ; Gleneagles (2005) ; Saint Pétersbourg (2006) ; Heiligendamm (2007).

(b)     « France : une ambition pour un monde nouveau ». Paru aux éditions La Compagnie Littéraire (2006).

 

Jean-Pierre Monteil
Directeur de JPMFG.

Achevée le 8 juillet 2008.